images-gratuites-creative-commons-cco-32
banque-d-images-gratuites-libres-de-droi
photos-gratuites-libres-de-droits-usage-

Infobésité : trop d'information !

 
En ce période de confinement, consignés à résidence, notre temps sur les écrans a prodigieusement augmenté. La volonté de maintenir un lien social (famille, amis, connaissances) est primordial mais, face à cette situation inédite et incertaine, nous essayons de nous maintenir informés.
 
Comment vivons-nous psychologiquement la surabondance, la complexité et les mauvaises nouvelles ? Les sources d’informations sont multiples, pas constamment fiables et vérifiées, reprises en boucle, découpées, retweetées et déformées. L’information est rapide, hachées, non permanente.
 
Face à ce déluge informationnel, quels sont les parades ?
 
Lors de ce flux grandissant d’images, de vidéos, et d’informations, notre capacité de stockage et de gestion est restée identique, nos filtres émotionnels et cognitifs sont utilisés aux maximums. Les conséquences premières peuvent être une fatigue informationnelle, une perte de sens et un désengagement.
 
  • Face à ce manque de sens, à ce tourbillon d’informations contradictoires, le désengagement est une alternative utilisée. Ainsi, le manque d’intérêt, la perte de sens et le besoin de se retrouver sont des facteurs qui agissent sur l’humeur et peuvent conduire à un isolement, voir un déni de la réalité.
 
  • Malgré le temps important à écouter, à lire et s’informer, la mémorisation, l’analyse et le jugement de ces informations par nos ressources cognitives ne permettent pas une attention optimum. Certains parlerons de manque de recul ou d’une moindre qualité d’analyse et d’une place prépondérante aux émotions immédiates, souvent dictées par la colère, la tristesse ou la peur.
 
  • Être régulièrement à l’affut de la dernière nouvelle, cette hypervigilance face aux commentaires, informations ou news est similaire à un comportement boulimique ou addictif.
 
  • La gestion des émotions, nous bouleversant toute la journée, par les chiffres, les analyses, les rumeurs, les informations réelles ou cachées, créent une angoisse de l’abondance.  Ne plus avoir alors d’information serait source d’angoisse.
 
  • Face à ces multiples informations, comment se faire son propre avis ? Qui croire ? La grande variété de choix devient problématique, les références basculent, les options sont multiples. La saturation ne permet pas une bonne analyse et décision. Ainsi, notre jugement peut être faussé, surtout dans un contexte anxieux et saturé en données, dans l’ambiguïté d’une situation inhabituelle et de grand bouleversement.
 
 
De vrais troubles peuvent alors apparaître. Les mécanismes psychologiques qui entrent alors en action, pour vous préserver, sont le déni, l’évitement, la peur, la perte de confiance et la surabondance d’idée ou d’images négatives.
 
Les conséquences sont la perte de sommeil, l’anxiété, le stress, la dépression, l’épuisement émotionnel, la perte de sens et de motivation, le désengagement.
 
Face à ce constat, il n’est qu’évident qu’une maitrise de ces informations, sur leurs sources, leurs fréquences et le temps que nous y consacrons est recommandable pour la santé de tous.
Passez du temps pour soi et ses proches, pour son développement, son bien-être et son harmonie est alors, dans cette période, plus que nécessaire.
Christian RICHOMME